• Le poème du Tisserand

    Le poème du Tisserand

     

     

    Le poème du Tisserand

     

    Ma vie n'est qu'un tissage

    Entre le Seigneur et moi,

    Je ne peux choisir les couleurs

    mais il tisse avec régularité.

    Souvent il tisse dans la peine

    Et moi, dans un orgueil stupide, 

    J'oublie qu'il voit le dessus

    Et moi la face cachée.

    Pas avant que le métier se taise

    Et la navette cesse de voler,

    Dieu ne déplie la tapisserie

    Et ne révèle ses raisons,

    Car il faut autant de fils sombres

    Dans la main de l'habile Tisserand

    Que de fils d'or et d'argent

    Dans le motif qu'il a choisi.

     

    Benjamin Malachi Franklin (1882-1965)

     

    « Nos fantômes de guerre
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    Tags Tags :
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :