• La lavande

    La lavande, un patrimoine en voie de disparition

    La lavande, un patrimoine en voie de disparition

    La lavande, emblème incontesté des Plateaux secs de la Provence attire chaque année des milliers de touristes pour la beauté des champs pendant la floraison ou pour dégustater du célèbre miel de lavande. Elle représente aujourd'hui 20 000 ha de cultures sur les terres difficiles du sud du pays.

    Son utilisation première reste l'aromathérapie et la parfumerie. Les fleurs de lavande, séchées, sont très résistantes et conservent leurs arômes. Très tôt cette plante a été utilisée pour parfumer le linge. Un autre usage plus médical, consistait à mettre de la lavande dans l'eau du bain pour ses propriétés antiseptiques et calmantes. Elle aurait en effet des capacités désinfectantes, antispasmodiques et carminatives. En phytothérapie, on la recommande pour combattre l'anxiété, la nervosité ou l'insomnie, ainsi que pour soulager les rhumatismes et soigner les infections des voies respiratoires.

    Pourtant, cette fleur provençale est menacée. En quelques années, la région a vu diminuer de moitié ses surfaces cultivées*. Si rien n'est fait, sa production ne pourra plus être assurée à cause du dépérissement et des adversités climatiques. Plus précisément, la culture est confrontée à deux dangers : le réchauffement climatique et une maladie dévastatrice transmise par les insectes.  

    Les multitudes sécheresses et canicules subvenues au cours des dernières années en Haute-Provence ont été destructives. Les conditions ont obligé les agriculteurs à arracher leurs cultures. Aujourd'hui, malgré des conditions plus favorables, la plantation ne sera plus possible d'ici 10 ans.

    Le dépérissement à phytoplasme est la nouvelle maladie du siècle des lavandes. Elle est transmise par les citadelles, de petits insectes suceurs qui se nourrissent de la sève des végétaux grâce à leur rostre. Elles piquent la plante saine afin de s'alimenter et de même lui transmettent la maladie. La lavande contaminée, les canaux de circulation se bouchent et provoque son affaiblissement rapide.

    Plusieurs solutions face à ses problèmes sont envisagées. C'est ce que propose le Centre de recherche du CRIEPAM à travers un programme qui présente des solutions écologiques pour la sauvegarde de la lavande et du lavandin. Par exemple, afin de créer une "barrière mécanique" à l'insecte les agriculteurs peuvent utiliser la kaolinite, un minéral composé de silicate d'aluminium hydraté. Analyser la sensibilité des futurs variétés de plantes aux différents climats permettra de surcroit de sélectionner les plus tolérantes.

    Il est possible d'aider la recherche visant à trouver des solutions durables à ses problèmes par un don au Fonds de Sauvegarde de la Lavande en Provence. En cotisant à ce fonds, 1€ versé permettra de préserver 6 plants de lavande.

    Pour plus d'informations consulter le site www.sauvegarde-lavandes-provence.org . * Source: CIHEF - Comité Interprofessionnel des Huiles Essentielles Françaises.

     

    Source : CLES

     

     

    la nature recèle des merveilles cachées à nos yeux......La lavande

     

     

    « Une montée du niveau des océans "sous-estimée" ?Le vent de Mars »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :