• La fête des douze nuits sacrées

     

    La fête des douze nuits sacrées

    Les peuples Germains et ceux de l'ancienne Scandinavie célébraient Noël en remerciant l'essentialité et en préparant de belles tables pendant 12 nuits sacrées.................

     

    La fête des douze nuits sacrées 

    Les peuples Germains et ceux de l'ancienne Scandinavie célébraient une fois l'an, à peu près à l'époque  de l'actuelle fête de Noël, "la fête des douze nuits sacrées". ou encore "la fête de l’avènement de l'Amour".

    Les créatures humaines de ces temps fort éloignés annonçaient qu'une fois fois l'an, lors de ces douze nuits sacrées; des rubans descendaient du ciel", qui rapprochaient toutes les créatures, visibles et invisibles....

    Ces festivités étaient célébrées d'une façon toute spéciale. Pendant son déroulement, une intense flamme devait continuellement brûler dans l'âtre. Et tous les jours à la nuit tombante, un feu était allumé à côté de la porte d'entrée de la maison, qui devait brûler jusqu'à l'aube. Ce feu avait une double signification. Il devait illuminer le chemin conduisant à la maison et il devait symboliser l'amour et la chaleur qui rapprocherait en amour les habitants respectifs. Il signifiait également que les hôtes seraient reçus avec amour.

    Tout au long de ces douze jours et de ces douze nuits, les portes des demeures restaient ouvertes. Dans la salle principale de chaque maison, il y avait une table richement dressée. Les aliments consistaient surtout en des cadeaux de la nature, que l'on trouvait dans les différentes régions. Des fruits frais et secs, des noix, du miel, des oeufs, du sel et des grains récoltés des céréales, ainsi que deux cruches, l'une avec de l'eau et l'autre avec du vin. - souvent du vin de miel - étaient joliment disposés sur la table....

    Une table à côté, un peu moins grande que celle-là, présentait des tissus faits à la main et de nouvelles robes, tout se trouvant si soigneusement disposé qui n'importe qui devait aimer à les contempler minutieusement. Toutes les demeures, grandes ou petites, étaient joliment décorées avec des rameaux et des guirlandes vertes.

    Pendant toute la journée, il y avait des présentations de jeux et de chants auxquelles prenaient part les pèlerins qui glorifiaient la fête avec l'exécution de chansons très significatives.

    Le matin et le soir, les prêtres chantaient des hymnes de gratitude envers le créateur, à celui qui leur avait octroyé la vie. Des rêves et des expériences étaient alors racontés parmi eux. Ces expériences se rapportaient pour la plupart à des événements concernant les entéaux.....  

    A cette époque lointaine, beaucoup réussissaient encore à voir les petits et les grands entéaux.... Il y avait donc nombre d'événements à narrer qui s'accordaient avec ces jours solennels sanctifiés par les humains..... Or, il serait plus intéressant de découvrir à qui ces cadeaux étaient destinés, et de connaître ce qui se passait lors de ces douze nuits où des tables étaient si richement dressées.... L'eau des cruches étaient renouvelée toutes les nuits, mais aux aliments nul ne touchait......

    A la tombée de la nuit, lorsque le feu était allumé à côté de la porte principale de chaque maison, les habitants se réunissaient dans la salle où se trouvaient les tables avec les cadeaux et s'asseyaient autour des tables, les enfants sur les genoux. Ils attendaient alors leurs visiteurs, les régents de la nature. Encore que ces régents fussent souvent aussi petits que les gnomes des racines, cela ne modifiaient en rien l'accueil. Les rubans qui descendaient du ciel rapprochaient avec amour les humains des grands et petits régents de la nature....

    Et les visiteurs venaient : gnomes, fées sylvestres, laren et miren et bien d'autres pénétraient dans les habitations lors de ces douze nuits sacrées en réjouissant vigoureusement ceux qui s'étaient souvenus d'eux avec amour. Les êtres de l'air sifflaient joyeusement autour des maisons pour annoncer leur arrivée. Les faunes jouaient de la flûte dans les jardins et les étables. Bien souvent venaient aussi les koren qui plaçaient des pommes rouges doré sur les tables des offrandes.    Leur venue annonçait aux créatures humaines que Gaïa, la grande mère de la terre, étaient en train d'inspecter les demeures humaines.....

    Silencieux mais attentifs, les habitants des maisons contemplaient les tables remplies de cadeaux et observaient l'entrée des maisons. Il y avait souvent quelqu'un d'entre eux - une femme, une jeune fille ou un enfant - qui pouvaient distinguer nettement les visiteurs Ils racontaient donc aux autres, à voix basse, tout ce qui était en train de se passer.

    La plupart ne réussissaient pas à voir les entéaux, mais ils éprouvaient intuitivement et de façon intense, la présence de ces êtres. De tournoyants courants d'air étaient déclenchés à l'intérieur des maisons, puis on découvrait un délicieux arôme, le retentissement de nombreuses clochettes et le son des flûtes des faunes...... C'étaient là d'infaillibles évidences de la présence des visiteurs invisibles.....

    Ces visiteurs entéalliques traversaient les maisons et regardaient joyeusement les produits de la nature soigneusement disposés sur les tables richement dressées. Ils s'amusaient à faire couler entre leurs doigts, les grains de céréales disposés sur les tables.Les petits gnomes aimaient sauter sur les tables et s'amuser à faire rouler les œufs.... Les Miren admiraient les offrandes et touchaient les tissus habilement confectionnés.  

    Elles hochaient la tête en signe de grand contentement. Les mirens sont des entéaux féminins d'un mètre et demi de hauteur, habillées toujours en vert. Ces êtres enseignèrent jadis aux femmes humaines à tisser. Une fois l'an, les Mirens se réjouissaient de constater que leurs élèves humaines avaient largement surpasser en habileté leurs anciennes maîtresses.


    Chaque visiteur invisible apportait une offrande qu'il plaçait sur les tables richement parées. Ces offrandes consistaient en des fleurs rares, des plantes, des herbes aromatiques, des fruits, de jolies pierres.... Ils pouvaient aussi apportait des pépites du "métal du soleil".... Or ils avaient appris que dans d'autres régions de la terre, ce métal doré avait transformé les êtres humains en des créatures brutales et voraces.... Ils évitaient depuis lors d'offrir à quelqu'un de ces beaux mais si dangereux grains de métal.... Car tous ces cadeaux apportés par les visiteurs entéalliques et placés sur les tables somptueusement dressées par les créatures humaines, pendant les douze nuits sacrées, seraient découverts par ces mêmes créatures au cours de l'année.

    Dans leurs promenades, les créatures humaines rencontraient subitement  des fleurs rares, des plantes aromatiques et des herbes thérapeutiques. Elles découvraient également des dépôts de minéraux et de jolies pierres dans des endroits les plus surprenants....

    Elles rencontraient, finalement, tous les cadeaux que les entéaux leur avaient envoyés pendant ces douze nuits sacrées.

    A minuit les visiteurs invisibles terminaient de faire leur ronde et les habitants des maisons allaient se coucher, sauf les responsables des feux.

    Les enfants, depuis longtemps s'étaient déjà endormis dans les bras de leurs parents. Leurs petits corps de matière fine, c'est à dire leurs âmes enfantines, s'étaient pourtant détachées de leurs corps de matière grossière. Ces petites âmes espiègles sautillaient avec vivacité autour des gnomes, des fées des bois, des faunes et de tous les autres en les escortant afin de pouvoir rester pendant plus longtemps à s'amuser auprès d'eux.....

    A suivre...............

    La fête des douze nuits sacrées

    Liaison brisée »

    Extrait du livre de Roselis Von Sass - Le jugement dernier sur la terre -

    « Le jardin des héspéridesGaïa »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :