• L'ajowan pour mieux digérer

    L'ajowan pour mieux digérer

    © Istock

    Originaire d’Asie, cette plante aussi surnommée « thé indien » reste méconnue en France. Pourtant, mélangées à du fenouil et à des boules de sucre, ses graines aident à digérer tout en apportant leurs vertus anti-infectieuses.

    Agnès Rogelet

    L’ajowan est une plante ombellifère qui doit son arôme à sa teneur en thymol. Elle est originaire d’Asie, où elle est utilisée dans la cuisine et entre dans la pharmacopée. Sa saveur évoque un mélange thym-cannelle-cumin-anis. Ses graines grisâtres sont souvent présentées en fin de repas dans les restaurants indiens, pour leurs bienfaits sur la digestion.

    Que contient-elle ? Ses graines renferment 50 % de monoterpènes, molécules qui stimulent le psychisme et décongestionnent les voies respiratoires. Ces bénéfices permettent notamment de réguler les troubles digestifs liés au stress ou les inflammations des intestins, la lymphe intestinale passant par les poumons. L’ajowan contient aussi 50 % de phénols : du thymol, aux propriétés antiseptiques, et du carvacrol, antibactérien.

    Quels sont ses bienfaits ? En huile essentielle, elle est indiquée contre les infections bactériennes et virales cutanées, urinaires, respiratoires et surtout digestives. L’effet oxygénant des monoterpènes, associé à celui, protecteur, des phénols, traite les diarrhées, les gastro-entérites, mais aussi les ballonnements, flatulences et lenteurs digestives. En effet, trop manger fait consommer beaucoup d’énergie. L’apport tonifiant des monoterpènes efface cette fatigue postprandiale (relative aux repas). Quant aux phénols, ils boostent le système immunitaire, dont le fonctionnement est perturbé en cas d’alimentation trop riche.

    Pour qui ? Pour tous, à l’exception de son huile essentielle. Très puissante, celle-ci est déconseillée aux moins de 6 ans et aux femmes enceintes ou allaitantes, et interdite en cas d’hypertension, de diabète ou d’épilepsie.

    Sous quelle forme ? À doses élevées, l’huile essentielle d’ajowan peut se révéler toxique pour le foie. Mieux vaut donc éviter d’en prendre deux gouttes sur un morceau de sucre, comme cela est souvent préconisé. Diluez-en plutôt une goutte dans la sauce de votre viande. Ou mélangez-en deux ou trois à 100 ml de miel : une cuillerée à café de ce « miel indien » dans le thé du matin ou après un repas renforcera la digestion et l’immunité durant tout l’hiver. En application externe (peau ou muqueuses), mieux vaut la diluer dans un support gras car elle peut irriter. Vous pouvez aussi ajouter quelques graines, pilées ou non, dans vos plats végétariens à base de légumineuses et de céréales (avec modération !) ou mastiquer cinq graines (l’équivalent d’une pointe de couteau) à la fin du repas. Comme les Indiens !

    Merci à Guillaume Gérault, naturopathe et aromathérapeute, directeur de l’École française d’aromathérapie intégrative.

    Source :psychologies.com

    « Sauvetage d'un petit koalaUne tisane au romarin pour le foie »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :