• Des esprits du lac

    Des esprits de lac

    A différent endroits de la surface du lac de Thirlmere, qui s'étend au dessus de nous, on voit un grand nombre d'esprits de la nature qui glissent à toute allure au-dessus de la surface, généralement à une hauteur de deux mètres à deux mètres cinquante mais qui s'élèvent parfois bien plus haut. Bien qu'habituellement ils restent au dessus de l'eau, ils volent parfois jusqu'au champs.

    Des esprits du lacIls ressemblent à de grands oiseaux blancs volant à une grande vitesse et de la distance à laquelle je suis je ne peux discerner aucune forme distincte. Ils revêtent de nombreuses formes différentes et en changent avec une grande rapidité. Dans l'ensemble leur forme suggère la présence d'ailes, et parfois de quelque chose qui ressemble à une tête à figure humaine. Puis de nouveau, ils changent d'apparence et ressemble à des nuages blancs. La vitesse de leurs mouvements et la rapidité avec laquelle ils changent leur apparence rend difficile de les examiner avec quelque précision.

    La meilleure description d'eux serait peut être : des auras de fée sans corps central. Pourtant, il existe une organisation bien précise à l'intérieur de ces auras, certaines lignes de force représentées surtout par des tourbillons, des vortex et des courants qui ressemblent à des ailes. Leur déplacement n'est pas différent de celui de cygnes qui volent au dessus de la surface d'une rivière. Ils ne paraissent pas entrer dans l'eau, bien que parfois ils se posent sur le rivage, puis s'élancent de nouveau dans le ciel dans un brillant éclair de lumière. Leur couleur est surtout blanche, leurs parties foncées sont gris colombe.

    Des esprits du lacIls sont des expressions non individualisées d'une âme groupe. Tandis que j'observe, un grand nombre d'entre eux ont été rapprochés les une des autres dans une enveloppe de grande dimension, dans laquelle ils sont enfermés comme des oiseaux dans une cage et où ils semblent se fondre en une forme unique. L'enveloppe flotte au dessus du lac comme un ballon de forme énorme mais changeantes. En son centre se voient un grand nombre de points très brillants de lumière dorée, qui paraissent être suspendus à différents niveaux. Quand ils pénètrent dans le ballon, ces esprits de la nature semblent perdre leur contour mais donnent encore l'impression d'être en mouvement à l'intérieur.

    Un moment après, ils sont tous libérés de nouveau comme un vol de colombes, et reprennent leurs rapides mouvements au dessus du lac.

    Extrait du livre de Goeffrey Hodson "Les fées au travail et au jeu"

    « Dans la profondeur des abyssesAu coin du feu, il pleut dehors »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :